top of page

ACTUALITÉS

Cyclisme : pour Thomas Voeckler, « une équipe de vélo, c’est une entreprise »

Dans cet article (La Nouvelle République), Thomas Voeckler, le sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, partage son expérience et sa vision du monde de l'entreprise. Il met l'accent sur l'importance de l'effort collectif, même dans un sport souvent perçu comme individuel.


29/09/2023 à 09: 09

Devant un parterre d’entrepreneurs, Thomas Voeckler a distillé son expérience professionnelle et sa vision du monde de l’entreprise. © Photo cor. NR, Manu Cahu


Invité pour la Plénière du club des entreprises du Bocage Bressuirais ce jeudi 28 septembre à Bocapôle, Thomas Voeckler, le sélectionneur de l’équipe de France de cyclisme depuis 2019, a partagé avec bonheur sur la motivation et la performance en équipe. Passionnant.


Ils étaient plus de 300 scotchés dans leur siège à boire les paroles de Thomas Voeckler, l’ancien cycliste professionnel devenu sélectionneur national et consultant sur France Télévisions. Retraité des courses depuis 2017, l’Alsacien d’origine expatrié en Martinique (de 6 à 17 ans) puis Vendéen d’adoption a distillé non pas ses connaissances, mais son vécu devant un parterre d’entrepreneurs soucieux de voir la corrélation que l’on pouvait faire entre le sport et le monde l’entreprise à travers une thématique mettant en avant l’effort collectif. Étonnant dans un sport qui paraît individuel… mais loin de l’être.


« Il nous fallait un gagnant, un vainqueur, un leader », ont précisé en ouverture Jean-François Devaud et Mike Da Silva, les deux artisans de l’organisation, alors que l’animateur de la soirée, Vincent Nori, était dans les starting-blocks. Et il faut dire que Thomas Vockler est le « client » idéal. Loquace, mais surtout simple et vrai comme il l’était sur le vélo pour échanger. Avec pour leitmotiv la mise en avant du collectif. Notamment pour évoquer le récent titre de champion d’Europe de Christophe Laporte.


« C’est le résultat du travail de toute une équipe, a-t-il expliqué. Il y a tellement de collectif en amont que ça prend aux tripes. Il y a des échecs, c’est normal. C’est du sport. » Une force de caractère reconnue qu’il a puisé dans un épisode douloureux de sa vie avec le décès de son père quand il avait 13 ans. « Un déclic qui a été l’élément moteur de ma hargne et de ma détermination, même quand j’étais porteur d’eau. Une équipe de vélo, c’est une entreprise, et il n’y a pas que ceux qui pédalent », a-t-il rajouté.


« Les Jeux, c’est la priorité »


Leader dans l’âme, il dit souvent aux jeunes coureurs que « l’ambition personnelle n’est pas incompatible avec un esprit d’équipe, et il faut savoir être reconnaissant envers le travail des autres. » Et de poursuivre en évoquant son rôle de sélectionneur, que sa fierté « est de créer un esprit collectif » en basant essentiellement cette relation spéciale avec les coureurs sur une communication claire et franche. Une vraie relation de confiance et d’entraide, quelle que soit la notoriété des uns et des autres.


Une confiance l’un vers l’autre parfaitement transposable au monde de l’entreprise. Et comme il se plaît à la dire dans sa devise : « Quand ça marche ce n’est pas tout parfait, et quand ça ne marche pas, il ne faut pas tout jeter ». En mettant sans cesse en avant les valeurs et qualités de son staff, Thomas Voeckler martèle à souhait qu’il n’est pas seul… comme un chef d’entreprise qui ne peut pas réussir sans son équipe. « La solidarité dans l’effort ce n’est que du positif, dans le sport ou en entreprise », ajoute-t-il.


Son prochain challenge va d’ailleurs mettre à rude épreuve ses qualités de manageur avec les Jeux Olympiques de Paris 2024 avec seulement quatre coureurs à retenir ! « Tout le monde voudra y être, quinze jours après le Tour de France, a-t-il analysé. C’est la priorité de la saison. » Un vrai et beau défi.


Comments


Posts Récents
Archives
bottom of page